ÉDITIONS DU BOIS-DE-COULONGE

Accueil    Publications    Profil de l'entreprise


 

 

Louis-Philéas Leclerc (1873-1953)

 

 

Rédigé par : Mathieu Leclerc, 15 décembre 2008 (petit-fils de Louis-Philéas)
Révisé par : Richard Leclerc, 7 septembre 2015 (arrière-petit-fils de Louis-Philéas)


Ancêtres

 

Le premier ancêtre de Louis-Philéas (1873-1953) au Québec est Jean Leclerc (1635-vers 1680), né à Dieppe (France) et marié à Marie Blanquet (1631-1709), originaire d’Ocqueville (France). En 1662, après un court séjour à Québec, ils s’établissent à Saint-Pierre-de-l’Île-Orléans.

 

Lieu de naissance et famille de Louis-Philéas (8e génération)

 

En 1873, Louis-Philéas est né à Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans. Il est le fils de François Leclerc (1838-vers 1915) et de Rosalie Ferland (1845-1893), qui se sont unis dans la même paroisse en 1864. Cette famille compte cinq enfants. Louis-Philéas est le deuxième plus âgés de la famille. 

 

Établissement à Québec (vers 1890)

 

Étant une famille nombreuse ne pouvant compter sur le produit de la terre paternelle pour vivre, Louis-Philéas vient très jeune s’établir à Québec, où il choisit de devenir pâtissier. Il apprend le métier à la Biscuiterie Charest localisée sur la rue Saint-Joseph dans le quartier Saint-Sauveur. Subséquemment, il travaille chez McWilliam, une pâtisserie située sur la rue Saint-Jean. Au cours de la même période, son frère François Leclerc (1838-vers 1915) s’installe dans la capitale nationale. En 1905, il fonde avec le soutien technique et financier de Louis-Philéas, l’entreprise Biscuits Leclerc qui est toujours en exploitation.

 

Au début des années 1900, Louis-Philéas lance sa propre boutique de confiserie au 849, rue Saint-Jean. Il se spécialise dans les pâtisseries à la crème, la fabrication de chocolat et de sucre candi. Lors de l’épidémie de la grippe espagnole en 1918, il produit des pastilles au menthol alors très demandées. Vers 1946, en l’absence de relève, Louis-Philéas décide de prendre sa retraite et de fermer son commerce. Depuis, cet espace commercial est occupé par un restaurant.

 

Le 15 juin 1897, il se marie à Léa Frenette à la Basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec. La croissance de sa famille l’amène à acheter une maison au 11 B, Saint-Michel. Ils eurent deux filles et six garçons (Émile est décédé en bas âge). Louis-Philéas est décédé le 27 mai 1953. Quant à Léa qui est née à Sainte-Croix-de-Lotbinière en 1870, elle s’éteint à Québec le 16 septembre 1954.

 

 


© 2017 Éditions du Bois-de-Coulonge